La vapologie

Dans le sillage du vaporisateur personnel sont arrivés de nouveaux mots. Outre les anglophones et techniques coil, clearomiser et autre drip-tip, une dénomination plus générique a fait son apparition : la vapologie.

 

définition

Ce néologisme, formé du mot vape et du suffixe -logie (science, discours), est le nom que l’on donne habituellement à la science de la vape. Elle décrit dans sa globalité l’étude et la connaissance des produits de vapotage. Plus précisément, la vapologie est d’abord liée aux techniques de fabrication et aux assemblages aromatiques des e-liquides. A l’instar de l’œnologie, la science du e-liquide est vaste et complexe et nécessite un savoir-faire particulier. Comme pour le vin, un e-liquide s’observe, se sent… Nos sens sont en éveil.

De la sélection des matières premières aux techniques de fabrication, des paramètres « post-production », doivent être pris en considération comme la durée de steep, ou temps de maturation, qui permet par exemple aux arômes de développer toute leur puissance.

 

De nouveaux champs d’application

Mais la vapologie va désormais plus loin et s’étend dorénavant à la culture en champ. En effet, chez VDLV, nous produisons en interne notre propre nicotine. Cette dernière est 100% française et est extraite selon les principes de la chimie verte (pas de solvants chlorés).
La connaissance de cette plante nous permet aujourd’hui d’en maitriser la culture. Grâce à une sélection variétale exclusive et au développement de techniques agronomiques spécifiques (voir le programme agronomique de VDLV) c’est un nouveau domaine d’application qui s’ouvre à la vapologie. Les paramètres à prendre en considération : la sélection variétale, avec les graines, les semis et la mise en terre, l’ébourgeonnage, la récolte, le séchage, l’extraction…