La mauvaise image de la nicotine

La nicotine est une molécule présente naturellement dans de nombreux végétaux comme la tomate, l’aubergine ou encore … les feuilles de tabac.

Pourtant, son image souffre souvent d’un amalgame lié au tabagisme notamment dans la presse où elle est régulièrement associée (à tord) aux méfaits de la cigarette…

… alors que c’est l’un des rares éléments présent dans la cigarette à combustion qui ne soit pas cancérigène.

La nicotine est un alcaloïde, stimulant à faible dose qui peut générer une forte dépendance en cas de consommation régulière mais qui est rapidement éliminé par l’organisme et n’est pas classé comme CMR (cancérigène, mutagène et reprotoxique). Depuis de nombreuses années, elle est utilisée pour ses vertus insecticides mais également par l’industrie pharmaceutique dans la fabrication de patchs ou de gommes à mâcher.

Son application dans le domaine de la vape est assez récente mais c’est un élément essentiel dans la composition des e-liquides. Les méthodes traditionnelles d’extraction utilisent des solvants toxiques comme le dichlorométhane, une substance classée cancérigène, afin d’obtenir des rendements de production plus importants. Ce type de procédé implique une phase supplémentaire de purification de la nicotine avant de pouvoir être utilisée dans la fabrication des e-liquides.

Dès 2013, les ingénieurs de VDLV ont travaillé sur un process d’extraction reposant sur des principes de chimie verte afin d’obtenir une nicotine spécifiquement conçue pour l’inhalation … et produite en France : la nicotine vapologique®.