Actualités

Une passion au service de la vape n°5

Du champ jusqu’en boutique !

Bien avant la mise en flacon d’un e-liquide, ses matières premières peuvent parcourir de nombreux kilomètres. Chez VDLV, nous faisons le choix quotidien de la traçabilité et de l’économie locale. C’est pourquoi, l’ensemble du tabac dont nous avons besoin afin de produire notre nicotine vapologique provient de nos belles régions françaises (Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes), riches d’un savoir-faire unique. Nous vous proposons de découvrir, à travers plusieurs témoignages, celles et ceux qui cultivent ce tabac qui ne sera jamais fumé, un tabac pour e-cigarettes.

Pour ce cinquième épisode, direction Agonac, en Dordogne, où la famille Roussarie cultive 3 hectares de tabac vapologique pour VDLV.

Depuis combien de temps cultivez-vous du tabac sur votre exploitation et depuis quand êtes-vous partenaires de VDLV ?

Le tabac est présent sur l’exploitation depuis 1970. Il y avait, à cette époque, plus de 5 000 planteurs en Dordogne contre 180 aujourd’hui. Nous sommes partenaires de VDLV depuis 3 ans.

Est-ce que ce partenariat a fait évoluer vos habitudes où vos méthodes de travail ?

La culture du tabac nicotiné se conduit sensiblement de la même manière que le tabac traditionnel. Par contre, le tabac nicotiné demande plus de mains d’oeuvre dans le champ par la maîtrise des bourgeons. Quant à l’effeuillage, il est simplifié par l’absence de triage.

Quel impact cela a eu sur votre exploitation ?

Par la baisse des revenus liée au tabac ces dernières années, l’entretien des bâtiments ainsi que du matériel est devenu compliqué. Je pense et j’espère sérieusement que le tabac nicotiné de VDLV va permettre un avenir plus serein.

Ce tabac servira à produire une nicotine 100% française qui sera utilisée dans des e-liquides pour e-cigarettes. Qu’est-ce que cela vous fait ?

Le tabac nicotiné de VDLV s’inscrit totalement dans l’attente du consommateur mais c’est aussi pour nous producteurs une fierté de produire un tabac qui ne sera plus montré du doigt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*