Actualités

Une passion au service de la vape n°1

Du champ jusqu’en boutique !

Bien avant la mise en flacon d’un e-liquide, ses matières premières peuvent parcourir de nombreux kilomètres. Chez VDLV, nous faisons le choix quotidien de la traçabilité et de l’économie locale. C’est pourquoi, l’ensemble du tabac dont nous avons besoin afin de produire notre nicotine vapologique provient de nos belles régions françaises (Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes), riches d’un savoir-faire unique. Nous vous proposons de découvrir, à travers plusieurs témoignages, celles et ceux qui cultivent ce tabac qui ne sera jamais fumé.

Pour ce premier épisode, direction Sainte-Mondane, en Dordogne, où la famille Pelet cultive, en 2020, près de 1,41 hectare de tabac vapologique.

Pour débuter, pouvez-vous nous dire quelques mots sur l’exploitation ?

Notre exploitation se situe en Dordogne, sur la commune de Sainte-Mondane. Nous sommes au cœur d’un bassin tabacole et plantons du tabac depuis les années 1926, sans interruption jusqu’aujourd’hui. Sur la commune en 1960, il y avait 61 planteurs de tabac. Jusqu’en 1987, du tabac brun était planté, puis la variété « burley » était cultivée pour l’usine Périgord Tabac à Sarlat.

Depuis combien de temps êtes-vous partenaire de VDLV ?

Nous sommes partenaires de VDLV depuis 3 ans. Nous avons participé dès la première année à l’expérience avec 0.50 hectare cultivé.

Est-ce que ce partenariat a fait évoluer vos habitudes ou vos méthodes de travail ?

Au niveau du travail, il est plus important au champ. En revanche, il y en a moins une fois qu’il est sec. En effet, l’effeuillaison est simplifiée : un seul étage de feuilles est nécessaire et il n’y a pas besoin de triage. Ces dernières sont directement mises en carton !

Quel impact cela a eu sur votre exploitation ?

Nous ne pouvions pas envisager l’exploitation sans tabac. La filière tabac traditionnelle du burley étant en crise, le tabac vapologique a permis de sauver la pérennité du tabac sur l’exploitation. De plus, ce tabac a permis l’installation de notre fille, en 2018, en gardant la même structure et diversification des productions. Nous n’avons pas eu besoin de créer un nouvel atelier supplémentaire hors sol et nous avons donc pu éviter de nouveaux investissements puisque tout le matériel pour le tabac était présent et déjà amorti !

Ce tabac ne sera jamais fumé. Il servira à produire une nicotine 100% française qui sera utilisée dans des eliquides pour vaporisateur personnel. Que pensez-vous de cela ?

Nous sommes satisfaits de produire un tabac qui ne sera jamais fumé et donc ne nuira pas à la santé du consommateur ! De plus, nous sommes encore plus fiers de participer au développement de VDLV, qui fabrique des produits de qualité et avec une nicotine 100 % française ! VDLV a permis de « sauver » la culture tabacole du territoire.

Avez-vous une anecdote que vous souhaiteriez évoquer ?

Au fil du temps et des différents échanges, nous avons tissé une bonne relation professionnelle et amicale avec les différents collaborateurs de VDLV !

 

Un grand merci à nos partenaires qui ont pris le temps de répondre à ces questions et qui nous permettent de partager cette belle aventure !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*